Des narcisses…

Premier cadeau du jardin : La bande de narcisses repérée le 11 février dernier ICI, est en pleine floraison. Ils sont petits et précoces et ressemblent étrangement à un hybride connu sous le nom de « tête à tête ».

Il faudra probablement les déplacer à un moment donné (après floraison et fanaison !) car ils sont situés à un endroit favorable pour d’autres cultures, alors qu’eux pourraient très bien s’en sortir ailleurs. En attendant, on profite des jolies fleurs !…

Adieu bambou, je t’aimais bien…

20170211-bambous-4r

A la droite du Local, un grand bambou traçant de belle taille avait pris ses aises et colonisé tout l’espace, masquant et ou étouffant les végétaux situés contre le mur.

Quelques séances de taille ont permis de dégager la zone. Derrière le bambou, plusieurs pieds de laurier (une plante qui décidément se plait bien sur cette parcelle !), trois conifères qui ressemblent étrangement à des thuyas, une grosse spirée, un rosier qui semble grimpant, différents type de lierre dont un aux feuilles panachées, et quelques tiges de ronce.

2017-02-18-zone-degagee-bambous-r

Pourquoi avoir coupé tout ce bambou ? Et que va t’il devenir ?

Il était nécessaire de le couper pour en limiter sa progression, de manière à ne pas être envahi par la plante.

Dégager la zone à aussi permis de voir quelles plantes étaient présentes sur cette partie du jardin. Il conviendra ensuite de voir quel sera leur devenir à moyen ou long terme de ces différents arbustes. En attendant, les branches mortes, ou qui se croisaient, ont déjà été supprimées.

Les cannes de bambou supprimées pourront être nettoyées de leur feuilles et transformées en tuteurs pour les futures plantations. Les feuilles récoltées pourront servir de paillage ou être recyclées dans le compost.

Le bambou en lui même n’est pas mort. Ses rhizomes sont encore enterrés et bien vivants, et nul doute que nous verrons apparaitre d’ici peu de nouvelles pousses (ces pousses s’appellent des turions !)

Conserver un partie de ce bambous pourrait être intéressant. Il pourrait devenir un pourvoyeur de tuteur naturel pour certaines de nos cultures au jardin. mais nous devrons alors trouver un moyen de la contenir, si possible de la manière la plus naturelle qui soit.

Silence ça… tourne !

Ce vendredi, c’était atelier vidéo !

jardiniers-3Nous préparons la vidéo de présentation de notre projet de jardin pédagogique en permaculture, pour accompagner une demande de financement participatif sur le site HelloAsso

serre

Hé oui ! Nous avons besoin de quelques euros sonnants et trébuchants pour nous aider à mener notre projet à bien.  Nous tentons évidement de faire avec ce que l’on a, mais nous allons avoir besoin d’acheter des d’outils et différents matériels pour l’entretien des espaces, des plants pour démarrer les cultures, des fournitures pour créer des panneaux explicatifs, et pourquoi pas d’une petit serre pour préparer des semis.

jardiniers

Alors ce matin,devant la caméra de Ronan Lanon, petits et grands jardiniers étaient mobilisés pour expliquer pourquoi nous nous lançons dans cette aventure, exposer nos idées et besoins, et présenter les lieux.

Il faisait beau ! Tous s’est super bien passé !  Nous aurons bientôt une vidéo !!!

journee-tournage

Il était une serre…

20170211-espace-de-la-serre-r

Au milieu du terrain, il existait une petite serre tunnel qui servait au service de la mairie en charge de l’entretien du parc.  Quelques silhouettes séchées de fleurs sauvages qui s’étaient installées à cet endroit ont été coupées pour nettoyer la zone et nous avons pu mettre en évidence l’empreinte laissée par la structure.  Nous avons planté des piquets sur un bord pour signaler la présence de quelques dalles de bétons qui bordaient le coté droit.

Le sol est bien sombre et semble un peu sablonneux. Nous avons fait ce même constat à d’autres endroits du parc.  Nous ne devrions pas avoir de problème de drainage ! Cela déterminera probablement ce que nous envisageront de planter, ou la manière de cultiver les plantes que nous essaieront de faire pousser.

Au devant de la serre, il devait y avoir quelques fleurs. Nous sommes tombés sur une ligne de longues feuilles qui appartiennent sans aucun doute à des iris de hollande et sur une autre ligne de feuille un soupçon plus large et charnues qui promettent une belle floraison de narcisses ! Ce jardin va donc fleurir avant de fructifier…  ce qui n’a rien d’illogique !!

20170211-iris-r20170211-narcisses-r

Une zone de sous bois clair…

20170211-fond-de-jardin-r

Le fond du jardin (1/4 de la parcelle ?) est ombragé. Encadré par des aulnes d’un coté, et un noisetier envahi par du bambou de l’autre, l’espace semble fonctionner comme la lisière d’un sous bois.

On y trouve de la benoite, du lierre un peu partout, un lamier, un cyclamen, une scolopendre, des feuilles sèches de fougère aigle colonisées par quelques ronces,  un laurier cerise (laurier palme), un petit plan de chèvrefeuille à feuilles de buis qui pousse au pied d’un grand laurier, une belle touffe de la même plante qui pousse au pied des grands aulnes.

Il y a un belle diversité pour un si petit espace. En permaculture, il est bon de laisser un espace plus naturel qui sert de refuge aux auxiliaires du jardin. Cet espace jouera peut-être ce rôle. Il nous faudra cependant en prendre le contrôle pour ne pas être envahi par les ronces ou par d’autres espèces qui semblent vouloir proliférer…  Il sera peut être utile également de libérer le noisetier du bambous qui l’accompagne.

Affaire à suivre ….